LES LESSIVES

S'il existe une ville où la lessive s'expose, c'est bien Naples. Presque un cliché. A la limite d'une animation destinée aux touristes. Au contraire, en Suisse, interdiction d'accrocher le moindre drap à l'extérieur de son balcon, excepté un drapeau. D'où l'utilité des buanderies, du fil de fer suspendu au-dessus de la baignoire, voire du bête radiateur.

Loin des extrêmes, mais à portée d'une réalité haute en couleur, Emanuelle delle Piane, avec l'appui de deux photographes, a récolté des centaines d'images d'ici et d'ailleurs avant d'en sélectionner douze. Douze façons d'étendre sa lessive et autant de sources d'inspiration qui lui ont permis d'écrire douze récits. Une robe à pois entre des persiennes, voilà le signe que Violette lance à son amant pour lui indiquer que la voie est libre. L'ombre d'un pantalon sur une façade et soudain la Signora Lisi se met à rêver au prince charmant.

Chaque nouvelle se déroule dans un lieu différent, de La Chaux-de-Fonds à Rome en passant par Saint-Malo, la Toscane ou Genève. Et chacune d'elles est précédée d'une photographie de la lessive qui l'a inspirée.

 

Un recueil de nouvelles associées à des images, paru aux Editions G d'encre, Le Locle, hiver 2004

(ISBN 978-2-940257-12-4)

www.editions-gdencre.ch/collections/58-les-lessives-9782940257124.html

 Photographies de Nathalie Sabato, Marco Cappelletti, Emanuelle delle Piane

Préface de Jean-Charles Simon

Prix Gasser 2005

Lecture radiophonique, Radio suisse romande «Espace 2», mai 2005